Infos, actus, idées, buzz...

RAZEL BULLE

6eme édition VINS&TOILES ! POOL pARTY, Casting artistique

POOL PARTY – RAZEL-BEC & LHERM TP –  JEUDI 29 NOVEMBRE 2018, cette année l’événement se déroulera le jeudi 29 novembre, salle Jean MERMOZ à Toulouse et propose une plongée dans l’univers de la « piscine d’hiver » Alfred NAKACHE construite par l’architecte Jean MONTAURIOL dans les années 30, revisitée à cette occasion. 

POOL PARTY, EXPOSITION LES BAIGNEUSES: direction artistique par Fred MANENC

Casting artistique : FRED MANENC, DID DONTZOFF, ALEXANDRE NICOLAS, RESO, SOONE, ITO, DER, NIKOS, L.VIDAL, MLLE FORMA, KITOU, NICOLAS DELPECH, LENZ, CORINNE LAMARQUE, FRANCOIS BONNEL, SEBASTIEN COLOUMIERS, EMIR KROMA. 

Dans ce cadre 19 artIstes Toulousains dédieront leur travail à la réalisation d’oeuvres « taille humaine » qui constitueront l’exposition « LES BAIGNEUSES ». Les mannequins crées spécialement pour l’occasion incarneront les baigneuses (et baigneurs) des temps modernes ou celles de la POOL PARTY 2018 qui seront exposées parmi les invités ! Un oeuvre monumentale réalisée par l’artiste SOONE agrémentera également notre scénographie entièrement imaginée par NUMERO Z avec la participation d’ATELIER B. 

Afin de rendre cette rencontre artistique conviviale, le cocktail réalisé par SKANDI TRAITEUR sera mis en musique par LES JOLIES MUSIQUES avec MATT MENDEZ aux platines. 

Les œuvres exposées seront à la vente, laissée entièrement libre aux artistes.

Artsite / FREDERIC MANENC: J’adore l’idée qu’une vingtaine d’artistes donnent leurs visions et interprétations différentes d’un même thème. Le corps qui est sujet à toutes les convoitises, délires et fantasmes…Cela va être un plaisir de donner ma vision monochromatique.

FRED MANENC « LA BIO »: Artiste plasticien qui vit et travaille a Toulouse, France. La singularité de cet artiste est qu’il a un seul fil conducteur, la monochromie. Se considérant comme un artiste plasticien il n’a pas de limite dans ses recherches. Que ce soit les pigments, les liants, la photo, les huiles, tout les médiums sont sujets a études. Ses huiles s’inscrivent  dans le travail précurseur de Pierre Soulages tout en suivant ses propres règles géométriques. Au delà de la perception visuelle de l’oeuvre il existe une  véritable impression tactile de la matière, comme si elle avait été pétrie, moulée a même la toile.Il vitamine sa couleur par l’ajout de pigments, de nacre, de cuivre, ou encore de mica. L’autre particularité de sont travail sur ses peintures est que la lumière n’ est pas figée sur la toile, elle est propriété mouvante de la matière. Le tableau capte la lumière et varie selon la position du spectateur qui accroit un spectre pictural étendu pour donner une sensation de polychromie. En parallèle son travail sur les jouets est un manifeste nostalgique sur l’enfance, l’adolescence à travers des centaines de pièces chinées, stockées, classées, depuis des années. Une double lecture s’impose: la composition générale qui respecte des règles mathématiques, géométriques puis chaque objet faisant resurgir des souvenirs enfouis. Tout ceci amène à un résultat tridimensionnel.

Artiste / ALEXANDRE NICOLAS: « Participer à un évenement pour faire une proposition artistique dans un lieu mytique de Toulouse. Raconter une histoire esthetique et colorée  et surtout  faire voyager les invités « entre deux eaux ». Une silhouette  sculptée et qui se situe « entre deux eaux » entre l’imaginaire et la réalité. Entre deux eaux sera le nom de ma baigneuse ». 

ALEXANDRE NICOLAS « LA BIO »: Né en 1970 à Toulouse, France, Vit à Toulouse et travaille entre Paris, Limoges et Toulouse.
Connu pour ses inclusions en cristal de synthèse, Alexandre est un sculpteur PUNK.
Alexandre a trouvé dans la résine d’inclusion une matière spéciale, le cristal de synthèse, qui permet de
créer une sorte de suspension du temps. Il interprète les mythes, les détourne et les présente, figés en inclusion.
Ainsi l’objet, flottant dans la résine et en même temps emprisonné par la technologie, est livré à notre regard critique
nous convoquant comme un miroir de notre société de consommation.
Entre humour, sarcasme et une approche critique, il se sert des symboles pour interpeller l’observateur sur
son propre imaginaire, ses fantasmes et ses valeurs.
Son travail, d’une précision chirurgicale, se dresse contre toute forme d’eugénisme et invite le spectateur
à réfléchir sur les notions de race, de nature, les mutations et le pouvoir.

Artiste / RESO : 

RESO « LA BIO » : Cedric Lascours / Reso, (l’art du lien). Le travail de Cedric Lascours alias Reso est la parfaite illustration de l’avancée de la culture visuelle du Graffiti. Une obsession pour la lettre poussée à l’extrême, dans une recherche graphique toujours nouvelle, père du wildstyle, l’artiste se laisse aujourd’hui aller à une abstraction de la lettre, une recherche du mouvement, libre, expansif, énergique. Le nom comme référence, la lettre comme support, un abandon du sens premier vers une abstraction assumée. Reso laisse s’exprimer sa spontanéité pour ne laisser parler finalement que l’essence même de la lettre : la courbe. Ces lignes entrelacées si symptomatique de sa création, Cedric laisse le pinceau, le posca, la bombe emmener son trait pour laisser toute sa place au mouvement. Si le tracé reste viscéral, la mise en couleur est un moment de réflexion vers la recherche d’une harmonie, amener une nouvelle dynamique, révéler la ligne. De ce travail intuitif ressort l’énergie, le mouvement et surtout le cercle, toujours ouvert vers l’extérieur, la progression du geste, l’intensité d’une trajectoire, la vie enrichie d’expériences humaines et artistiques, représentant l’homme au delà de l’artiste. Cedric Lascours / Reso travaille aujourd’hui à Toulouse et expose son travail à Marrakech, Toulouse, Marseille, Strasbourg, …

Artiste / ITO : « Il me tarde de vous dévoiler ma version débridée et ludique de ma baigneuse 2018. Monokini, bikini, trikini … ? »

ITO DUBOIS « LA BIO » : ITO DUBOIS est un artiste peintre toulousain né en 1989.Il démarre la peinture à l’âge de 14 ans.Ito s’exerce à la peinture toutes ces années tout en suivant des études de droit. A la fin de sa licence, voyant l’intérêt que les gens portent à son travail artistique, il fait le choix de s’y consacrer pleinement. Ito se spécialise rapidement dans le courant de l’expressionnisme abstrait. C’est par le biais de la technique du dripping – technique qui consiste à projeter de la peinture sur la toile avec énergie – qu’Ito met son hyperactivité au service de sa peinture. Il ressent le besoin d’exprimer la foule de sentiments, d’émotions qui le traversent, au travers d’un procédé créatif pictural. Ses toiles, souvent de grand format, sont colorées et l’on retrouve toute son énergie au travers de ses créations. Pour Ito, c’est l’expression des sentiments, il met beaucoup d’énergie dans ses tableaux et livre un réel combat avec sa toile. C’est aussi pour lui un moyen de s’évader vers l’infini, se laisser transporter, voyager. Ito expose régulièrement lors de grandes manifestations et de Salons internationaux d’Art Contemporain. Son style évolue aujourd’hui et nous propose une nouvelle série où il mêle figuratif et abstrait en se réappropriant des icônes et crée de nouveaux objets d’art. Cette nouvelle série s’inscrit dans la continuité de son travail en proposant une série Pop art marquée de sa signature stylistique.

NICOLAS DELPECH: « Utiliser le corps comme moyen d’expression et idéaliser sa représentation. Corps et décors se mêlent harmonieusement afin de créer un objet suscitant le désir, me confrontant ainsi au mythe de Pygmalion ! »

Artiste / NICOLAS DELPECH « LA BIO »: Né en 1978 à Toulouse, vit et travaille à Toulouse.
Développant son activité de plasticien entre graphisme et art contemporain, il utilise les médiums de la sérigraphie, de la peinture, du volume et de l’installation lumineuse.
Il intègre à son processus de création un réseau sériel pour lequel il met en scène les potentiels de combinaisons :
ses œuvres peuvent exister de manière autonome comme être combinées aux autres.
Alliant les rapports entre forme et couleur, ses expérimentations vibratoires déclenchent des phénomènes d’oscillations et des ondulations optiques.
Ces résonances conditionnent le propos de Nicolas Delpech, ses recherches artistiques minimalistes et géométriques exploitent la faillibilité de l’œil au travers des arts optique et cinétique.

Artiste / DER: « J’aime peindre sur des formes féminines ». 

DER « LA BIO »: C’est en 1989 que je débute dans le mouvement graffiti, au sens propre du terme… « Tag-party », suivi de « tops » et de ce qui m’attirer déjà le plus: le « graff-couleur », le « wild style »  pour être plus précis. 1994 date de ma première pièce en « 3d », style dans lequel je rajoute petit à petit ma touche personnelle, qu’elle soit « mécanique » ou « organique », mais tout en gardant un esprit « calli-graffiti » qui pour moi reste essentiel dans la recherche des formes de mes lettrages, que je peaufine avec les différents groupes avec lequel j’évolue, que ce soit avec la « truskool » il y quelques années ou « Leclub » plus récemment.  De nombreuses rencontres, aux USA, en Europe et en Asie, ainsi qu’un intérêt grandissant pour l’art ont été très importants dans l’élaboration de mon style.

Artiste / MLLE FORMA: « Il y a un rapport au corps qui me semble intéressant de travaille. Travailler sur un corps (mannequin) est une chose nouvelle et inconnue. Pour moi qui aime le tatouage, cela me permet de « revisiter » ce modèle, de le moderniser et de l’adapter avec mes dessins,à notre société actuelle. J’aime ce challenge ».

MLLE FORMA « LABIO »: Multi supports et pluri techniques, la toulousaine de 32 ans, qui a grandi au pays Basque, jongle entre la bombe et le crayon, le graphisme et l’illustration. Mlle Forma voue un culte aux belles lettres, aux courbes, aux traits noirs et aux détails. Elle fusionne sur ses dessins tout ce qui la passionne, l’observation des « genres » ( place des femmes dans la société), le graffiti, la lettre et le tatouage. Elle rend ainsi hommage à des personnalités féminines qui ont marquées leur temps comme la célèbre Frida Kahlo.

Artiste / FRANCOIS BONNEL : le plaisir de partager avec d’autres artistes une vision différente d’un même objet. Chacun partage son interprétation et personne n’impose son choix. Et quoi de mieux que des baigneurs pour symboliser l’envie de se jeter à l’eau dans le grand bain et prolonger un peu les beaux jours ?

FRANCOIS BONNEL « LA BIO »: C’est en 2018 que l’artiste décide de se consacrer à temps complet à sa passion de la peinture et de la photographie et développe le travail exploratoire qu’il avait commencé vingt-cinq ans plus tôt, en parallèle de son métier de cadre commercial dans la publicité. François Bonnel aborde son art de manière spontanée et explore divers domaines et techniques de création. Il exploite les supports numériques, les techniques de la photographie et du collage en s’affranchissant des références connues pour donner libre cours à sa création. Seul face à son support, l’artiste en définit les limites et le message à y faire passer. Ses aplats de peinture acrylique blanche se confrontent à d’autres de couleurs vives laissant imaginer les éléments représentés et leur part d’ombre. Ils tranchent avec le pastel (sec ou gras) et avec les lignes à la craie grasse ou au Spray qui frayent un chemin à parcourir alors que tout autour se précipite.Ses formes abstraites, telles un mouvement bref, une énergie, sont souvent inspirées de la musique. Ses compositions prennent alors des airs de partitions rythmées, syncopées et exaltées.

Artiste / KITOU: « L’art ne prend tout son sens qu’en recevant un regard. La POOL PARTY privilégiant une rencontre conviviale dans un lieu inattendu et un support artistique atypique ne pouvait que me séduire et je suis impatiente de faire naître ma baigneuse ». 

KITOU « LA BIO » : Christel Delrieu Pétraud, Kitou de son nom d’artiste, se consacre essentiellement à son activité artiste peintre et de plasticienne depuis quelques années. Après une formation en Arts Plastiques, elle se spécialise dans l’étude de la couleur et de l’infographie et devient web designer et graphiste pendant une dizaine d’années.
En 2012, elle se replonge dans la peinture au quotidien en abordant le portrait, elle décompose ses toiles en 2 plans sur verre acrylique, puis 4 plans mais très vite elle reprend son sujet d’étude davantage conceptuel : l’antre de la matière, du temps et de la couleur.
En 2017 elle reprend la Galerie Agama à Toulouse, y installe son atelier et organise des expositions d’art contemporain et d’art premier.
En 2018 elle entre dans la collection du Palestine Museum US, Connecticut (Etats-Unis). Influencée par le néoplasticisme, l’art conceptuel, le pop art, elle préfère les couleurs franches et saturées, fruit d’une réflexion permanente sur l’impact de la couleur dans le processus créatif. Les sciences, le design, mais aussi les rencontres humaines à travers ses voyages nourrissent son geste et ses questionnements. Elle ne s’interdit aucun thème et tente avant tout de créer une atmosphère «à travers», représentant une réalité augmentée, organique et connectée. Elle s’invente un alphabet graphique qui devient sa matrice de construction plastique jouant de plein et de vide, à la fois envahissante et découvrante laissant envisager plusieurs lectures…

Artiste / EMIR KROMA : « Collaborer à un projet artistique différent en lien avec un univers autre ».

EMIR KROMA « LA BIO »: « Artiste Plasticien multi-supports depuis toujours. Coloriste et matiériste depuis 5 ans. Passionné du Graffiti depuis 1990 et de son impact dans l’espace urbain- J’aime qu’une œuvre d’art ne soit pas que décorative mais engagée ».

Artsite / NICO.D: « Son défi ?  Arriver à faire sortir du papier Lola! sa baigneuse en 3 D !…

NICO D « LA BIO »: Relever le défi de mettre en scène une œuvre en trois dimensions est pour lui très enthousiasmant, car cela lui permet de faire enfin se rencontrer les deux mouvements artistiques qu’il a toujours menés : la mise en scène du corps et le coup de crayon. Depuis plus de 20 ans Nicolas Dandine, architecte de formation, se construit dans le théâtre en tant que scénographe, comédien et metteur en scène. Dessinateur dans l’âme depuis son enfance, il n’a cessé d’exercer cette passion dans divers secteurs créatifs : graphisme, design, peinture, bande dessinée… »

Artiste / L.VIDAL:  Pourquoi j’ai voulu participer à l’expo les baigneuses? Je trouvais intéressant de me confronter à d’autres artistes sur l’expression d’un même thème ce qui est tout à fait novateur pour moi! La rencontre artistique prend alors tout son sens. 

L.VIDAL « LA BIO »: Toulousaine, vit à Toulouse. Graphiste de formation, je peins depuis 10 ans et uniquement sur du plexiglass.  Sa transparence me fascine, il est le compagnon idéal de toutes mes envies ». Plexi peint est la technique du fixé sous verre, ma plaque me sert de support et de protection, je peins à l’envers je commence par les détails et je finis par le fond en utilisant des bombes de graff et de l’acrylique. J’écris beaucoup et j’aime jouer avec les messages. Plexi boites que je fais fabriquer, je joue sur les fonds transparent, peinture, miroir, couleurs ou je viens coller des fils de scoubidous, ou des papiers journaux  japonais en reprenant le thème de l’origami.

Artiste / CORINNE LAMARQUE : « Je me jette à l’eau ! Cette collaboration artistique est exaltante et devoir m’exprimer sur un tel support est un réel challenge. Le concept est CRAZY ! c’est aussi l’adjectif que m’inspire ma baigneuse… »

CORINNE LAMARQUE « LA BIO » : Née à Toulouse, en 1970, Corinne LAMARQUE-AUNON, vit et travaille à Toulouse. Ses œuvres abstraites s’inscrivent dans des lignes graphiques ou picturales inspirées de visions urbaines, spatiales et végétales ; l’imaginaire et l’observation sont au cœur des peintures et installations de l’artiste. Elle affectionne le noir, le blanc, l’or, et travaille aussi sur des dégradés chromatiques pour parvenir à des réalisations harmonieuses à partir de peintures acryliques, huiles, pigments, encres, qu’elle mixe avec des techniques différentes au fil des séries abstraites qu’elle exécute depuis plus d’une quinzaine d’années. Entre harmonie et tension, l’artiste propose de perpétuelles variations formelles dont l’exploration demeure inépuisable et l’interprétation infinie.  « J’aime réaliser des tableaux qui font fonctionner l’imaginaire en laissant libre cours à l’interprétation de chacun». Sans cesse en quête de renouvellement, elle a exécuté ces mois derniers une nouvelle série de toiles plus graphiques et géométriques, notamment exposées en juin dernier dans un salon international d’art contemporain au Luxembourg et fin octobre au salon PRINCES D’ART à Portet-sur-Garonne.

Artiste / WOIZO : « J’ai souvent tatoué mes personnage, en 2D. L’idée d’intervenir ici sur un support en volume me plaît énormément, surtout sur le principe du « All over »  »

WOIZO « LA BIO »Woizo vit et travaille actuellement à Toulouse. Graphiste de formation, il commence par étudier les Arts Appliqués. Parallèlement, il développe une démarche artistique personnelle, influencé autant par le courant expressionniste que les arts traditionnels d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Océanie, en passant par l’art brut et l’art naïf. Il aspire aujourd’hui à retrouver le tracé vivant de la main et la richesse de la matière. Dans une constante recherche, il donne vie à ses œuvres grâce a une palette colorée, et à l’association de formes abstraites et figuratives. La coexistence des contrastes offre un fil conducteur à ses œuvres, mettant en scène la relation entre la culture et la nature, qui tour à tour s’opposent et s’harmonisent

Artiste SEBASTIEN COULOUMIERS: Participer au plongeon avec vous, ensemble pour une immersion a faire (FER) et défaire, avec une rythmique presque aquatique, c est une pool party, je m en réjouis!!!!! Pour l’échange et le partage, qui sont les maîtres mots de mon application ainsi que le rêve, le voyage, et surtout l ´imaginaire. Sorti des profondeurs du grand bassin, émerge alors l’homme, nous y sommes : le Bronzomme Ulysse est là, tel est le nom de mon baigneur.Cette œuvre n’est pas en attente d’une quelconque reconnaissance, mais se veut simplement le témoignage de mon être.

SEBASTIEN COULOUMIERS « LABIO »: Sébastien, né à Toulouse en 1981, un mois de septembre. Mon enfance a été jalonnée d’images, de ressentis, d’émotions jouant sur une sensibilité à fleur de peau. Me façonnant un monde à ma minérale convenance, je me suis créé des désirs, des rêves, des idées pétries dans mon imagination.
Dés l’âge de dix ans, je suis attiré vers la création tactile : poterie, peinture, dessin, autant de mines à explorer, approfondies par deux années en art plastiques. Mon sens du toucher n’a cessé de se développer me conduisant progressivement au plaisir de créer de mes propres mains foreuses pendant que je poursuivais la connaissance de moi à travers cinq années d’expérience théâtrale intimement liées aux leçons de vie reçues de mon entourage, autant familiale, amicale que sociale. Tout cela fait partie de moi aujourd’hui, m’a construit à l’aube de mon adolescence et à contribué à l épanouissement de mon sens artistique. Ce besoin inexplicable, puisé dans mes racines profondes, de toucher, créer, transformer, inventer, le tout décupler par une nature excessive, spontanée a fait de moi ce que je suis. Cette  curiosité incessante, constante, ce désir souterrain de faire, cette volonté d’essayer, de creuser, ont fait de moi un explorateur des tréfonds, ce que l’on nomme un autodidacte.Ma création se situe à la jonction de la peinture et de la sculpture, l’une apportant sa noblesse lisse, l’autre sa mise en forme brute rageuse. Le culte voué à la pierre me fascine. Elle peut aussi bien ravir que meurtrir, blesser ou subjuguer, percer ou combler. Cette matière sobre et dure présente dans les gisements à ciel ouvert qui s offrent aux regards, dans les veines mystérieuses des fonds souterrains, Dans les lignes et formes  minérales, nées de la nuit des temps, s’imposent à mon œil dans la pérennité, dans leur inaccessible beauté. Toutes ces compositions et structures acryliques s’identifient alors à la roche pour prendre forme et vie. Cette excitation incontrôlable, extraire de cette matière molle des formes et aspérités me ramène étrangement à une perception originelle ou la pierre se fond pour se reconstruire sur la surface plane. Dans ses filons noir et gris qui surgissent et jaillissent de mes mains, se croisent, s entremêlent , s imbriquent la force minérale, sa sobriété inaccessible et sa dureté dominée.C est dans cette quête que se construit ma personne